Le miracle de la Marne, intervention de Notre Dame ?

601Le témoignage du week-end

Voici une histoire semblable au miracle qui a eu lieu a l’entrée de Laval le 17 janvier 1871, lors des apparitions de Pontmain. Les Prussiens qui devaient prendre Laval ce soir-là n’y sont pas entrés, et nombre d’entre eux disent avoir vu la Vierge les arrêter. Une statue de Marie commémore cet évènement. Mais revenons à la victoire de la Marne…

Le 8 septembre 1914, Mgr Emmanuel Marbeau, évêque de Meaux, fait le voeu d’édifier une statue à la gloire de Notre-Dame si sa ville est épargnée. « Le même jour », rappelle l’historien Louis Fontaine, auteur de Il y a 100 ans… la Marne (L’Orme Rond), « Marie apparaît en Reine de France à une future religieuse, Marcelle Souchon, en prière dans une chapelle de Versailles. Elle lui précise qu’elle n’a pas oublié le voeu de Louis XIII : “Ne crains rien, elle est toujours mienne. Vois : je garde [la France] !” Un tableau de l’apparition est encore dans cette chapelle à Notre-Dame des Armées » 

Dans une lettre adressée aux carmélites de Pontoise, une personne de la Sarthe raconte : « Le 3 janvier 1915, un prêtre allemand, blessé et fait prisonnier à la bataille de la Marne, est mort dans une ambulance française où se trouvaient des religieuses. Il leur dit : “Comme soldat je devrais garder le silence, mais comme prêtre, je dois dire ce que j’ai vu. Pendant la bataille de la Marne, nous étions surpris d’être refoulés, car nous étions légion comparés aux Français et nous comptions bien arriver à Paris. Mais nous vîmes la Sainte Vierge, toute habillée de blanc avec une ceinture bleue, inclinée vers Paris. Elle nous tournait le dos et, de la main droite, semblait nous repousser… Cela, je l’ai vu et un grand nombre des nôtres aussi” ».

De son côté, une religieuse soignant les blessés à Issy-les-Moulineaux, près de la capitale, couche sur le papier ces propos recueillis de la bouche d’un Allemand (catholique) par les prêtres infirmiers qui l’assistent. Grièvement atteint et jugé perdu, il leur confie : « Si j’étais au front, je serais fusillé, car défense a été faite sous peine de mort de raconter ce que je vais vous dire. Vous avez été étonnés de notre recul si subit quand nous sommes arrivés aux portes de Paris. Nous n’avons pas pu aller plus loin : une Vierge se tenait devant nous les bras étendus, nous poussant chaque fois que nous avions l’ordre d’avancer. Pendant plusieurs jours, nous ne savions pas si c’était une de vos saintes nationales : Geneviève ou Jeanne d’Arc. Après, nous avons compris que c’était la Sainte Vierge qui nous clouait sur place. Le 8 septembre, elle nous repoussa avec tant de force que tous, comme un seul homme, nous nous sommes enfuis… Ce que je vous dis là, vous l’entendrez sans doute redire plus tard, car nous sommes peut-être cent mille hommes qui l’avons vue ! »

Il n’existe qu’un seul témoignage nominatif – encore est-il oral et non direct –, celui de Mme Bongard, épouse d’un ancien maire de Barcy, au sujet de sa mère en 1914. Celle-ci offrait ses services dans les hôpitaux. Voici ses propos, rapportés par sa fille : « Les blessés allemands, par centaines, disaient tous la même chose : c’est incompréhensible… C’est la Sainte Vierge qui nous a repoussés. Nous l’avons vraiment vue et pourtant nous étions les plus forts. Nous étions en train d’écraser les lignes françaises, nous allions arriver à Paris et brusquement, ce fut la débâcle ! Nous l’avons vue, elle, la Sainte Vierge. Était-ce une apparition, un délire ? De la main elle nous repoussait et devant cette force surnaturelle, nous avons fui… On ne pouvait plus avancer ! » Plusieurs de ces témoignages vont être repris par des journaux : Le Courrier de Saint-Lô en 1915, L’Avenir d’Honfleur le 25 novembre 1916, Le Courrier de la Manche les 14 janvier et 8 septembre 1917. La rumeur fait boule de neige.

Libre à chacun de croire ou non à cette apparition mariale sur laquelle aucune enquête ecclésiale n’a été menée. En revanche, l’intervention du Ciel paraît indubitable. Mgr Marbeau, à l’époque évêque de Meaux, dira : « La victoire de la Marne a été une oeuvre providentielle si merveilleuse que les plus aveugles ne peuvent s’empêcher de reconnaître son caractère extraordinaire ». Conformément à son voeu, une statue de Notre-Dame de la Marne sera inaugurée en 1924.

 

Source : Journal « Famille Chrétienne » N°1912 Site : www.famillechretienne.fr

Découvrez aussi le livret « Les miracles de Marie »

Que Notre Dame des victoires vous bénisse !

Thierry F.
La Bonne Nouvelle – 8, rue Roger Lévy – 47180 Sainte Bazeille (France)
Tél : 05.56.61.99.86