NEUVAINE A LOUIS ET ZELIE MARTIN

Neuf jours en compagnie de Louis et Zélie Martin

Louis et Zélie Martin canonisés à Rome le 18 octobre 2015 sont les parents de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face, Docteur de l’Église. Nous pouvons préparer cette canonisation en priant cette neuvaine.761

Retrouvez l’intégralité du texte dans la revue en photo

Imprimatur : A.M. LÉONARD – Évêque de Namur – Le 21.09.1998

Table des matières
– Premier jour : RENCONTRE : LE TEMPS DE DIEU
– Deuxième jour : LES FRUITS DE L’ESPRIT
– Troisième jour : L’ ÉPREUVE ET LA MALADIE
– Quatrième jour : ÉCLATEMENT DE LA FAMILLE
– Cinquième jour : AU-DELÀ DE TOUTE SOUFFRANCE
– Sixième jour : LA NUIT – LE DÉSERT – LA PURIFICATION
– Septième jour : L’ABANDON DANS L’ESPÉRANCE
– Huitième jour : LA MAISON DU PÈRE
– Neuvième jour : CONSÉCRATION

* Avant-Propos
Nous vous proposons neuf jours d’accompagnement.
Laissons nous porter d’une façon très filiale par une famille exceptionnelle, et sollicitons dans cette démarche de neuvaine, cette fidélité de la famille Martin à rythmer leur temps de vie avec celui de l’Église.
Trouvons dans la prière aux petits frères de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face, la force pour accompagner nos prêtres et séminaristes.
Demandons à Notre Père, à la Sainte Vierge, à Notre Seigneur Jésus-Christ, à saint Joseph, les miracles nécessaires par l’intercession des parents Martin.

* Prière quotidienne
DIEU Notre Père, je te rends grâce pour Louis et Zélie Martin dont le couple fut fidèlement uni, donnant le témoignage d’une vie chrétienne exemplaire, par l’exercice du devoir d’état et la pratique des vertus évangéliques. Dans l’éducation d’une famille nombreuse, à travers les épreuves, les deuils et la souffrance, ils ont manifesté généreusement leur confiance en Toi, leur soumission à Ta volonté.
Daigne, Seigneur, faire connaître Tes desseins à leur égard et m’accorder les grâces que je sollicite…. (dire votre demande), dans l’action de grâce pour la canonisation du père et de la mère de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. Amen.

* INTRODUCTION : DIEU CRÉATEUR
“Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu Il le créa, homme et femme, IL les créa” (Gen 1-27)

Hymne de l’univers : ”Toutes les oeuvres du Seigneur bénissez le Seigneur, à lui haute gloire et louange éternelle” (Dn 3).

Nos chemins de la terre élèvent et descendent, s’éclairent et s’obscurcissent, dans l’humidité ou l’aridité, le brouillard ou le feu.
Louis Martin décrit les profondes vallées et les cimes majestueuses. Avec Thérèse il contemple les cyprès et le ciel d’Italie. En bon père de famille, il nous conduit dans le clapotis des rivières, à l’écoute des chants d’oiseaux qui nous parlent de la terre. Louis Martin nous conduit au bord des étendues marines où se mêlent le ciel, l’embrun et la mer. Thérèse lit dans les étoiles le “T” qui évoque l’initiale de son prénom. Elle connaît les moineaux comme les aigles, les neiges comme les parfums des pollens, les pierres du Colisée comme les fleurs du jardin, les couleurs de la terre comme celle des vergers. Dans le crépuscule des jours comme dans les aurores de Normandie, Louis Martin orchestre en une musique familiale l’ode de Dieu. Il chante chaque soir et déclame le poème du créateur pour sa famille réunie. Et Zélie Martin qui a compris la beauté secrète d’un cristal de neige, la restitue dans son point de dentelle, celle des fêtes comme celle des souvenirs.
Nous aussi, sachons rythmer pour nos enfants le temps des saisons et le temps de vie. Puissions-nous à nouveau lever les mains comme Moïse comme Jésus, pour louer Dieu dans sa création et bénir dans l’amour.
Avec Louis et Zélie Martin redécouvrons le sens profond de la vie, porteur de l’essence divine, retrouvons le désir de la vie et l’offrande d’une bonne mort.

”Saint immortel, prends pitié de nous. Toi Dieu, donateur de vie, purifie-nous de toute souillure, Toi qui es bonté” (vêpres).

Prières pour chaque jour de la neuvaine:
– Notre Père
– Dieu Notre Père, je Te rends grâce pour Louis et Zélie Martin, …
– Ave Maria

* Premier jour RENCONTRE : Le temps de Dieu
“N’oubliez jamais Celui que l’Amour a fait mourir pour vous. Mais vous ne l’aimerez que si vous saurez souffrir en silence. Le préférer à la créature et l’éternité du temps.”
(Paroles à sainte Marguerite Marie).

Prière à l’Esprit -Saint :
L’Esprit et l’Épouse disent : ”Viens”.
Que vienne ta grâce, que ce monde passe
Et Tu seras tout en tous.
Que celui qui entend dise:”Viens”.
Que celui qui a soif vienne,
Que celui qui le veut
Reçoive de l’eau vive gratuitement.
Celui qui atteste cela,
Dit:”Oui, je viens bientôt”.
Amen, viens Seigneur Jésus,
Maranatha.

Réflexion
Dieu ne sèmerait pas un désir en nous s’il ne voulait pas qu’il s’accomplisse. Le désir de l’Esprit habitait Louis et Zélie Martin, celui de choisir la vie consacrée et de tout offrir. Pourtant si les portes ne s’ouvrent devant ceux qui recherchent la vie monastique, c’est que Dieu leur préfère un autre temps, une autre entrée sur le plan divin.
Rappelons-nous Tobie : ”Désormais tu es son frère et elle est ta sœur. Elle t’est donnée à partir d’aujourd’hui pour toujours”(Tb 7, 11).
Le point de dentelles, le temps de l’horloge, ce temps de Monsieur et de Madame Martin nous ramène à notre temps terrestre. Comprenons que nos actions ne sont pas bonnes pour nous si elles s’inscrivent dans une ferme volonté voire une obstination à les voir aboutir malgré tout. Prendre patience et accepter de se laisser modeler, se laisser porter à la seule volonté de l’Esprit, voilà ce qui est important.
Relisons le texte de Monsieur Martin adressé à Zélie : ”Le lien qui constitue ce sacrement est indépendant de sa consommation. Nous avons une preuve éclatante de cette vérité dans la Sainte Vierge et saint Joseph qui, bien que véritablement mariés, ont gardé une continence perpétuelle. Ces illustres époux ont eu pour imitateurs plusieurs saints vivants vierges dans le mariage, se bornant à l’union pure du coeur, renonçant d’un commun consentement au commerce charnel qui leur était permis. Ces mariages avaient tout l’essentiel nécessaire à leur validité, ils avaient même ces avantages sur les autres de représenter d’une manière plus parfaite l’union chaste toute spirituelle de Jésus-Christ avec son Église.”

L’accompagnement spirituel des époux Martin nous resitue directement à l’institution du chêne de Mambré. A la lumière de l’Esprit, la fécondité du couple s’incarne au-delà du désert : ”Là ils se mirent à penser qu’ils n’avaient pas seulement à acquérir la sainteté, mais aussi, en s’adjoignant des compagnons nouveaux , à développer l’ordre que Notre Dame avait commencé par eux” (ordre des Servites).
Dieu Notre Père, apprends-nous à compter Ton temps et non pas le nôtre si souvent obscurci par nos désirs de la terre. Que nos rencontres et nos choix d’amour s’éveillent dans Ta seule mémoire et Ton seul désir.

Prière : Que Louis et Zélie Martin nous apportent le don de l’attente pour accueillir l’Esprit de Dieu.
Monsieur et Madame Martin, apprenez-nous à faire mémoire du don de l’Esprit.

Prières quotidiennes :
– Notre Père
– Dieu Notre Père, je Te rends grâce pour Louis et Zélie Martin, …
– Ave Maria

* Deuxième jour LES FRUITS DE L’ESPRIT
“Le Bon Dieu m’a donné un père et une mère plus dignes du Ciel que de la terre” (sainte Thérèse).

Prière à l’Esprit-Saint :
“Ô Feu consumant, Esprit d’amour, survenez en moi afin qu’il se fasse en mon âme comme une incarnation du Verbe ; que je lui sois une humanité du surcroît, en laquelle il renouvelle tout son mystère.
Et vous, ô Père, penchez-vous vers votre pauvre petite créature, couvrez-la de votre ombre, ne voyez en elle que le Bien-Aimé en lequel vous avez mis toutes vos complaisances”
(Bienheureuse Élisabeth de la Trinité).

Réflexion
Le “Oui” au souffle de l’Esprit est pour chacun d’entre nous un engagement au chemin de pauvreté. ”Seigneur que Ta volonté se fasse et non la mienne”.
Si nous nous mettons à l’écoute de l’Esprit, nous reconnaîtrons dans le tumulte du monde d’aujourd’hui, l’appel à la sainteté. Cet appel à la fidélité, à l’alliance et aux sacrements est si vivant. Cet appel est un chemin difficile. Pourtant, l’écho de la voix d‘Osée est si proche de nous:”Je te fiance à moi à jamais par la justice et le droit, par la grâce et la miséricorde. Je te fiance à moi par la fidélité et toi tu connaîtras le Seigneur”(Osée 2, 21-22). Sommes-nous vivants ? saint Luc nous parle de la vraie béatitude par Jésus qui répond à la foule : ”Heureuses les entrailles qui t’ont porté et les seins que tu as sucés. Mais Il leur répondit : Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent ” (Lc 11-27).
Car l’espérance est là pour ceux qui se reconnaissent vivants et qui l’acceptent sans résistance : ”L’Esprit te couvre de son ombre, tu accueilles en toi la rosée du ciel, déjà les temps sont accomplis. Au loin blanchissent les moissons de ceux qui traversent le Jourdain, terre d’Israël”(Chroniques).
Louis et Zélie Martin connaissaient le chant de l’Esprit et reconnaissaient les parfums de l’aurore. Ils consacrent leur union. Ils se rappellent Tobie : ”Tobie se lève du lit et dit à Sarah: Debout ma soeur. Il faut prier tous deux et recourir à Notre Seigneur pour obtenir sa grâce et sa protection. Elle se leva et ils se mirent à prier pour obtenir d’être protégés ” (Tobie 8).
La construction de nos familles de la terre est à l’image de l’humanité du Père, de la famille de Nazareth. A l’image de Notre Père des cieux, nous sommes appelés à être des architectes de l’espérance et de l’amour : ”Comme un jeune homme épouse une vierge, ton architecte t’épousera et comme le mari se réjouit de son épouse, ton Dieu se réjouira en toi”(Isaïe 62-5).
Dans cette douce relation renouée avec le Père, sainte Thérèse nous rassure sur notre vocation de parents. Comme le dit la Vierge Marie : ”Familles, ne vous laissez pas détruire”. Demandons par l’intercession de Louis et de Zélie Martin le “Oui” pour construire nos communautés de famille, nos foyers. Choisissons par ce “Oui”, d’être enfants prodigues. Donnons la vie pour que la Vie nous soit donnée.

Prière : Louis et Zélie Martin, dans l’incarnation de votre amour, vous confirmez votre désir de la conception pour chacun de vos enfants. Par votre intercession, nous vous demandons de nous obtenir cette grâce du repos dans la vie donnée du Père, que nous Lui soyons toujours consacrés par nos actes de vie et nos dons d’amour.

Prières quotidiennes :
– Notre Père
– Dieu Notre Père, je Te rends grâce pour Louis et Zélie Martin, …
– Ave Maria
* Troisième jour : L’ ÉPREUVE ET LA MALADIE
“Venez à moi vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau” (st Matthieu,11-28).

Prière à l’Esprit-Saint :
Parlez, Saint-Esprit,
pour faire une fontaine en mon coeur,
Dont l’eau pure et salutaire sauve le plus grand pêcheur,
Guérissez le plus incurable en lui dessillant les yeux,
Et pardonnez au plus coupable en rejaillissant aux cieux.
Pire que la Madeleine,
que Lazare au tombeau
Et que la Samaritaine,
je vous demande cette eau;
J’en veux boire, j’en demande,
j’en sais le don précieux;
Plus cette faveur est grande,
plus vous serez glorieux.
Soutenez mon impuissance,
je suis un roseau vivant.
Arrêtez mon inconstance,
je change plus que le vent.
Dissipez mon ignorance,
je suis un aveugle né.
(St. Louis Marie Grignion de Montfort).

Réflexion
La Vierge au sourire nous demande de venir. Tout sourire est accueil et source de guérison.
A l’école de sainte Thérèse, reconnaissons le vrai sourire dans l’épreuve, comme dans la maladie. Le repli sur soi, le discours négatif, le questionnement du “pourquoi cela m’arrive-t-il ? ”, ne permettent pas d’irriguer la plaine desséchée.
Zélie Martin, jusqu’au bout de sa vie, a porté son épreuve, elle l’a conduite aux pieds de la Vierge Marie à Lourdes. Louis Martin a déposé son chemin sur l’autel de pierre en holocauste d’amour. Tous les deux ont choisi d’être au pied de la croix en enfants fidèles et en compassion.
Tout est offrande. Mais comment réussir à trouver ce passage qui nous permet de nous hisser de l’ombre à la lumière ?
Saint Pierre Chrysologue nous dit : ”Offre à Dieu ta vie, l’oblation du jeûne pour qu’il y ait là une offrande pure, un sacrifice saint, une victime vivante qui insiste en ta faveur et qui soit donnée à Dieu. Celui qui ne lui donnera pas cela n’aura pas d’excuse, parce qu’on a toujours soi-même à offrir. Mais pour que ces dons soient agréés, il faut que vienne ensuite la miséricorde. Le jeûne ne porte pas de fruit s’il n’est pas arrosé par la miséricorde. Car ce que tu n’abandonnes pas à autrui tu ne l’auras pas. ”
Les épreuves de famille, de maladie, dans le travail, nous guettent et nous harcèlent. Tout est démesuré et injuste quand cela se passe en nos vies et en nos proches. Dans la recherche d’une communion fraternelle sachons écouter l’autre, sachons offrir ce qui nous est donné car Dieu ne reprend-il pas ce qu’Il donne à celui qu’Il aime ? Cette offrande qui doit être la nôtre, ouvre la porte à la charité, grande vertu théologale si proche de la miséricorde.
Louis et Zélie Martin ont tout donné. Ils ont tout offert, sans distinction. Toujours ils ont semé pour faire grandir dans la patrie céleste.
Sommes-nous capables de semer et d’attendre la récolte avec patience et humilité ? Car déjà accepter d’être dans la main du Père, n’est-ce pas déjà accepter sa bénédiction ?

Prière : Louis et Zélie Martin, donnez-nous d’avoir accès à une compréhension d’amour de nos épreuves et de nos maladies.
Intercédez pour nous : que nous puissions être dans l’offrande de l’épreuve, être les porteurs d’eau qui nettoient les plaies de Celui qui a tout donné pour nous.

Prières quotidiennes :
– Notre Père
– Dieu Notre Père, je Te rends grâce pour Louis et Zélie Martin, …
– Ave Maria

* Quatrième jour : ÉCLATEMENT DE LA FAMILLE
“Soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse. Pardonnez-vous les uns les autres comme Dieu vous a pardonné dans le Christ. Oui, cherchez à imiter Dieu puisque vous êtes ses enfants bien aimés “ (He 4, 32).

Prière à l’Esprit- Saint :
Ô Feu de l’Esprit Paraclet, vie de la vie de toute créature, tu es saint, toi qui vivifies les formes. Tu es saint, toi qui couvres de baume les dangereuses fractures, tu es saint, toi qui panses les fétides blessures.
Ô souffle de sainteté, ô feu de charité, ô douce saveur dans les coeurs, et pluie dans les âmes, odorante de vertus.
Ô très pure fontaine où l’on voit Dieu assembler les étrangers et rechercher les égarés.
Ô cuirasse de la vie, espoir de l’union de tous les hommes, retraite de la beauté, sauve les êtres.
Garde ceux qu’emprisonne l’ennemi et délivre ceux qui sont enchaînés, ceux que veut sauver la divine puissance.
(sainte Hildegarde).

Réflexion
Les effondrements de la terre peuvent servir de fondations pour la famille du ciel. Ceux qui nous quittent nous préparent un chemin. N’oublions jamais la belle prière pour les âmes de nos défunts, ils ont tant besoin de nous.
Alors que dire de nos familles divorcées, ces effritements de l’alliance qui construisent un veau d’or. Pourquoi si souvent ignorer par des actions égoïstes la mémoire du juste ? “C’est par tes blessures Jésus que nous serons guéris”. Devant nos blessures d’amour, plaçons-nous en situation d’accueil et non de rejet. Parfois nous serons amenés à vivre une séparation qui sera d’autant plus riche qu’elle servira de relais. Les petits frères de Thérèse n’étaient-ils pas des anges du ciel pour leur famille de la terre. Thérèse elle-même nous apprend dans P. N. 16. 5 : ”Lève les yeux vers la céleste Patrie et tu verras sur des trônes d’honneur un père aimé, une mère chérie auxquels tu dois ton immense bonheur. ”Nous pouvons établir des relais dès ce monde à condition de le vouloir : ”Écoute ma voix. Je te donne un conseil et que Dieu soit avec toi. Tu discerneras, tu feras, allège ta charge. Que d’autres la portent avec toi. Si tu fais cela, Dieu te donnera ses ordres et tu pourras tenir… Moïse écouta la voix de son beau-père et fit tout ce qu’il avait dit. ”
(Ex 18, 13-27).
Divorcés, nous pouvons demeurer fidèles à un sacrement donné, un époux parti, mais nous pouvons restaurer dans l’espérance de la miséricorde un dialogue d’amour avec le Père. A l’image de l’attente de la bénédiction du Père, apprenons à bénir puisque nous sommes appelés à bénir. Recevons la bénédiction du Père, soyons rétablis dans notre alliance. Sachons recevoir et donner le pardon.
Louis et Zélie Martin, dans la fidélité, accueillent la bénédiction du Père et ils la transmettent dans la paix à leurs enfants. Le ciment de l’alliance est en nous, car notre identité est en notre Père : ”Ne crains pas, car je t’ai racheté. Je t’ai appelé par ton nom, tu es à moi ” (Isaïe 43, 1-5).
Avec saint Jean, retenons la phrase de Notre Seigneur : ”Ne murmurez pas entre vous”. Mais chantons plutôt le psaume : ”Voyez qu’il est bon, qu’il est doux, d’habiter en frères tous ensemble”.

Prière : Louis et Zélie Martin, apprenez-nous à faire de nos éclatements de familles, des chemins de guérison.
Louis et Zélie Martin, apprenez-nous à affirmer nos ”oui” ou nos “non”. Que nos événements de vie soient mis dans un éclairage de vérité et de fraternité.

Prières quotidiennes :
– Notre Père
– Dieu Notre Père, je Te rends grâce pour Louis et Zélie Martin, …
– Ave Maria

* Cinquième jour AU-DELÀ DE TOUTE SOUFFRANCE
“Réjouissez-vous que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux.” (Lc 10-20).

Hymne à l’Agneau :
C’est l’amour qui le tient,
ce ne sont pas les clous ;
Sans un mot, sans un cri,
l’Agneau s’est laissé lier.
Sa chair est tendre aux meurtrissures
et aux coups,
Car voici, l’infinie tendresse de mon Dieu.
Abraham prit son fils, son unique, son aimé:
“Père, ô mon Père,
où est l’Agneau du sacrifice ? ”
Il porte sur son dos le bois
et sur son cœur le feu,
Car voici, l’infinie détresse de mon Dieu.
Conduit vers le désert,
lieu de ma malédiction,
C’est un enfant qui tombe
et que nul ne relève.
Ses blessures et ses plaies,
voilà ma guérison.
Car voici, l’infinie tristesse de mon Dieu.
Sans fin, sans fin,
mon Seigneur je veux t’aimer
Et boire à la coupe de ton Cœur transpercé,
L’eau, le feu, le sang des noces de l’Agneau,
Car voici, l’infinie tendresse de mon Dieu.
C’est l’amour qui le tient,
ce ne sont pas les clous ;
Sans un mot, sans un cri,
l’Agneau s’est laissé lier.
Sa chair est tendre aux meurtrissures
et aux coups,
Car voici l’infinie tendresse de mon Dieu
(Extrait de la “Passion de St. Jean”
Cté des Béatitudes).

Prière d’actions de grâce:
Marie vivant dans la pensée du Père.
Marie épouse des desseins du Père.
Rappelle-moi dans l’enveloppement de ta présence maternelle,
Que j’ai été créé avec sagesse et par amour afin que je puisse dire,
Rempli de reconnaissance pour un Père si infiniment bon :
“Je te rends grâce Seigneur pour la merveille que je suis”.
Marie, visite l’instant de ma conception,
je te le consacre.
Je te consacre mon père et ma mère de la terre, je te consacre leur union.
Je te consacre toutes les unions de la terre, pour qu’à l’image de Dieu,
L’homme donne la vie avec sagesse et par amour

Réflexion
Au delà de toute souffrance une joie éternelle nous attend. Existe-t-il un début et une fin à toute souffrance ? La souffrance est dans la conception même de la vie. La vie est don gratuit et donc abandon. Toute résistance à cette gratuité, toute résistance à l’amour est finalement génératrice de lutte, de doute et de souffrance. ”Lorsque la bonté divine choisit quelqu’un pour une grâce particulière ou pour un état sublime, elle lui donne tous les charismes nécessaires à sa personne ainsi qu’à sa fonction et qui augmentent fortement sa beauté spirituelle ‘’
(st Bernardin de Sienne).

La souffrance peut être existentielle, physique ou psychologique. Elle peut être latente, constitutionnelle ou réactionnelle. Elle s’habillera toujours d’un comportement spécifique. A toute souffrance correspond un registre de vie ou de mort. Sommes-nous capables de transposer un comportement spécifique en une fonction unique:l’acte d’amour ? Sommes-nous prêts à accompagner Notre Seigneur Jésus-Christ chaque jeudi soir à Gethsémani ? ”Se relevant de sa prière, Il vint à ses disciples et les trouva endormis de tristesse. Il leur dit : ”Qu’avez-vous à dormir ? Levez-vous et priez pour ne pas entrer en tentation”(st Luc 22-45). Ne soyons pas tentés de fuir, de nous replier, de nous aigrir dans une lutte contre l’injustice. Cette lutte nous éloigne du fait d’être juste. Toute souffrance peut être en effet partagée à tout instant. Car au delà de toute souffrance, il y a l’acceptation de la grâce, celle d’être reconnu frère en Jésus-Christ, le juste par excellence, et donc être reconnu Fils de Dieu, fils dans le coeur chaud et aimant du Père, frère dans la source guérissante du Sacré-Cœur.

Laissons venir nos larmes car elles sont nourrissantes de l’appel de Dieu et fruit de l’Esprit.
Le désir sans la souffrance est une illusion sur l’amour. La souffrance vécue et acceptée des grands saints est une école à la portée de tous. Mais la recherche de la souffrance n’est pas une fin en soi. Là où est notre faiblesse, là réside notre force. La compassion au pied de la croix n’est pas gratuité ni faiblesse, elle est élan, attente et silence. Au pied de la croix se tenait debout la première Église. A tout moment, soyons prêts à nous engager : ”Comme ils l’emmenaient, ils mirent la main sur un certain Simon de Cyrène qui revenait des champs et le chargèrent de la croix pour la porter derrière Jésus” (Lc 23-26).

Prière: Louis et Zélie Martin, apprenez-nous chaque jour à découvrir et à reconnaître ce triomphe de l’amour sur la souffrance chez votre petite reine Thérèse.

Comprenons que Zélie Martin, que Louis Martin, en parents aimants, ont confié Thérèse en adoption, à saint Joseph et à la Vierge Marie, pour obtenir sa guérison.

Nous vous remercions Monsieur et Madame Martin de nous montrer le choix et l’acceptation de l’adoption filiale pour vivre à Nazareth dans votre famille.

Prières quotidiennes :
– Notre Père
– Dieu Notre Père, je Te rends grâce pour Louis et Zélie Martin, …
– Ave Maria
* Sixième jour : LA NUIT – LE DESERT – LA PURIFICATION
“C’est pourquoi je vais la séduire, la conduire au désert et parler à son cœur”(Osée 14) .

Prière à l’Esprit-Saint :
Venez, Père des lumières,
venez Dieu de Charité,
Formez en moi mes prières,
montrez-moi la vérité,
Faites descendre en mon âme un charbon de votre feu
Qui la pénètre de flamme
et la remplisse de Dieu.
Venez Saint-Esprit, qui faites les martyrs, les confesseurs,
Les apôtres, les prophètes, les grands héros, les grands cœurs,
C’est votre seule conduite que mon sauveur a suivie ;
Afin donc que je l’imite,
Conduisez-moi comme lui.
(St Louis-Marie Grignion de Montfort).

Réflexion
Notre temps de la terre n’est pas le temps réel. Notre conception du désert, de la solitude, de la nuit, s’accompagne de notions d’abandon, de tristesse, de punition.
Écoutons pourtant la présence de Dieu, non pas dans les orages, les grandes manifestations, mais comme Élie, dans le silence et le souffle léger. Là, dans le souffle léger, se disent les secrets et les attentes.
Dieu donne puis Il reprend, dans un grand mystère d’échange d’amour. Parfois nous donnons et nous ne sommes pas compris, parfois nous refusons de donner comme nous refusons de recevoir. Nous refusons la faiblesse. Mais notre Dieu n’aime pas être provoqué. Zélie Martin a tout donné et jusqu’à la mort pour ses enfants. Louis Martin a tout donné jusqu’à l’holocauste sur l’autel eucharistique. Mais ce “tout” donné était déjà couronnement dans le ciel. Notre nuit de la terre, notre désert de rocaille, n’est pas celui du ciel. Comme le jour triomphe sans heurt des ténèbres parce qu’il sait qu’il sera vainqueur, acceptons sans heurt toute nuit, tout désert, toute purification. Au coup de lance le sang et l’eau étaient fontaine jaillissante de vie mais il fallait que Dieu pleure pour que nous L’acceptions. Le coup de lance venu à la fin de l’agonie préfigurait une naissance. Il ne pouvait venir avant l’agonie qui aurait annoncé une mort. : ”La foi est une manière de posséder déjà ce qu’on espère, un moyen de connaître les réalités qu’on ne voit pas. Les anciens qui parlent ainsi montrent clairement qu’ils sont à la recherche d’une patrie. Et s’ils avaient eu dans l’esprit celle dont ils étaient sortis, ils auraient eu le temps d’y retourner. En fait, c’est à une patrie meilleure qu’ils aspirent, à une patrie céleste. C’est pourquoi Dieu n’a pas honte d’être appelé leur Dieu, Il leur a en effet préparé une ville” (Hé 11, 1-16).
Thérèse désirait au Colisée la poussière du sang séché des martyrs. Zélie Martin a engendré dans l’épreuve physique et morale une sainte famille. Louis Martin a porté au Carmel son désir de la prêtrise et comme Moïse après le désert, il n’a pu contempler la terre promise. Relisons ce texte de Monsieur Martin : ”Dieu n’a ouvert qu’une voie pour conduire tous les hommes au bonheur qu’Il leur destine. C’est celle des contradictions et des croix. Elle est pour les princes comme pour les bergers et la foi nous apprend qu’Il n’en exempte personne”.

Prière :
Louis et Zélie Martin, apprenez-nous à être simplement, pauvrement des instruments de Dieu. Comme Thérèse préparait à chaque Eucharistie la table du repas, que nous puissions dans la fidélité, inviter notre Dieu à notre table. Alors l’attente deviendra présence et nous deviendrons serviteurs.

Prières quotidiennes :
– Notre Père
– Dieu Notre Père, je Te rends grâce pour Louis et Zélie Martin, …
– Ave Maria

* Septième jour L’ABANDON DANS L’ESPERANCE
“Demandez et l’on vous donnera; cherchez et vous trouverez; frappez et l’on vous ouvrira” (Mt 7, 7).

Prière à l’Esprit-Saint :
Viens Esprit-Saint, viens Feu d’Amour,
Viens Père des pauvres épris de mes blesures,
Seigneur, Tu m’as choisie dès ma plus tendre enfance,
Et je puis m’appeler l’œuvre de Ton amour (sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus).

Réflexion
A la maison de Nazareth comme à Alençon, il n’y a place que pour une pédagogie douce et gratifiante. La douce école de la Vierge Marie comme celle de Thérèse nous éduque dans la Sagesse et la vérité : ”La vérité vous rendra libres”, libres d’aimer mais surtout libres pour reconnaître, recevoir et aimer l’amour.
L’amour, nous le reconnaissons car il est source de grâce et de guérison. Louis et Zélie Martin nous donnent un grand exemple de fidélité dans la prière au temps des épreuves. Ils sont fidèles aux neuvaines, aux pèlerinages. ”Qu’ils sont beaux les pieds qui portent la bonne nouvelle”.

Dans la maladie, Zélie Martin s’abandonne confiante dans un voyage à Lourdes. De l’épreuve à l’abandon, dans la confiance vers la guérison, ces états sont indissociables et à la fois nécessairement successifs, étape par étape. Quel mystère, quel trésor à découvrir. A l’école de Thérèse, nous recevons tout par Marie pour Jésus. Nous recevons la voie d’enfance, si belle voie de guérison. ”Tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, je le ferai pour que le Père soit glorifié dans le fils…. Celui qui m’aime sera fidèle à ma parole. Mon Père l’aimera, Nous viendrons à lui et Nous ferons chez lui Notre demeure” (st Jean 14, 13 et 23).
Dans cet abandon, Zélie Martin a reçu en son sein les neuf enfants consacrés au Seigneur. En notre sein, acceptons de porter par le cœur et le pardon un nouvel enfant.

Prière : Zélie Martin, montrez-nous le chemin de Marie, la grande voie d’enfance prophétisée par Thérèse. Faites que nous puissions renaître du sein de Marie dans la confiance.
Louis et Zélie Martin apprenez-nous à nous laisser faire dans le temps et dans la grâce du Père par la seule force de l’Esprit.

Prières quotidiennes :
– Notre Père
– Dieu Notre Père, je Te rends grâce pour Louis et Zélie Martin, …
– Ave Maria

”Dans le cœur de l’Église, ma Mère, Je serai l’amour…”
* Huitième jour : LA MAISON DU PÈRE
“Comme un jour près de Toi, vaut mieux que mille ailleurs, je voudrais habiter dans ton temple, comme un jour près de Toi vaut mieux que mille ailleurs, je voudrais habiter  dans ta maison Seigneur”. (Psaume 84)

Prière à l’Esprit -Saint :
Viens, Esprit créateur nous visiter,
Viens éclairer l’âme de tes fils ;
Emplis nos cœurs de grâces et de lumières,
Toi qui créas toute chose avec amour
Donne-nous les sept dons de ton amour,
Toi, le doigt qui oeuvre au nom du Père ;
Toi dont Il nous promit le règne et la venue,
Toi qui inspires nos langues pour chanter.
Gloire à Dieu notre Père dans les cieux
Gloire au Fils qui monte des enfers ;
Gloire à l’Esprit de force et de sagesse,
Dans tous les siècles des siècles. Amen.
(Veni Creator)

Réflexion
Dieu est constant dans son amour. Son amour ne varie pas de jour en jour, au gré des vents et marées. Notre amour est changeant. C’est pourquoi nous appelons la miséricorde du Père sur nous et nous faisons appel à sa douceur.
La douceur de l’amour du Christ est réservée à la maison du Père. ”Jésus lui dit : ”Ne me touche pas, je ne suis pas encore monté vers le Père” (Jean 20, 17).
Que dans nos maisons, nous puissions chanter, danser, louer. Pourquoi ne pas respecter nos maisons par une propreté, un éclairage, une odeur qui rappellent Nazareth, Alençon, les Buissonnets, les odeurs de cuisson du pain ? ”Levons nos mains vers le Dieu trois fois Saint, … que ma prière s’élève devant Toi comme l’encens et mes mains comme l’offrande du soir…” (Vêpres).
Dans son atelier, Monsieur Martin, les yeux dans les éclats de la joaillerie, ne contemplait-il pas la splendeur d’une Jérusalem céleste ? A la fin de sa vie, en offrant l’autel de la cathédrale Saint-Pierre, ne recevait-il pas le tabernacle, maison du Père, comme Marie le fut pour Jésus ?
Louis Martin gérait ses biens en bon père de famille, prince et berger, rappelons-nous : ”Ainsi, quiconque écoute ces paroles que je viens de dire et les met en pratique, peut se comparer à un homme avisé qui a bâti sa maison sur le roc” (Ga 7,2)
L’odeur de la terre natale existe comme le parfum de la maison du Père.
Soyons heureux de cette reconnaissance de la maison du Père : ”Réjouissez-vous de ce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux ” (Lc 10, 20).
Relisons également Thérèse : ”Lève les yeux vers la céleste Patrie et tu verras sur des trônes d’honneur un père, une mère chérie, auxquels tu dois ton immense bonheur”. Pour revenir à la Maison du Père, reposons-nous au regard de Dieu, osons la voie d’enfance par le chemin de Marie. Osons cette voie évangélique qui vient nous réintroduire à cette ressemblance que nous avons avec Dieu. Cette voie d’enfance qui peut nous conduire dans le sein du Père.

Prière: Louis et Zélie Martin, enseignez-nous cette voie d’enfance, de purification, pour le retour à la Maison du Père. Votre famille peut nous introduire dans le mystère d’un Dieu qui a des entrailles de mère.

Prières quotidiennes :
– Notre Père
– Dieu Notre Père, je Te rends grâce pour Louis et Zélie Martin, …
– Ave Maria

* Neuvième jour : CONSÉCRATION
“J’ai donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu à ceux qui croient en mon nom” (Jean 1, 12).

Je te choisis aujourd’hui, ô Marie, en présence de toute la cour céleste pour ma Mère et ma Reine. Je te livre et consacre en toute soumission et amour mon corps et mon âme, mes biens intérieurs et extérieurs, et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, te laissant un entier et plein droit de disposer de moi et de tout ce qui m’appartient sans exception, selon ton bon plaisir, à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l’éternité. Amen.
(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort).

Antienne :
Alléluia. Alléluia.
Par la force de l’Esprit-Saint nous sommes appelés enfants de Dieu. Alléluia.
Réflexion
Par le baptême, nous rappelons-nous que nous sommes saints, baignés de l’onction du Seigneur ? Par les sacrements, nous rappelons-nous que nous recevons la bénédiction du Père ? ”Jacob appela ses fils et dit : Réunissez-vous que je vous annonce ce qui arrivera dans la suite des temps…. Il les bénit.  A chacun il a donné une bénédiction qui lui convenait. ”(Gn 49, 1-28).
A chacun Dieu donne ce qui lui convient au temps opportun, dans son état, pour l’envoyer en mission ou pour le guérir.
Réfugions-nous dans la chambre nuptiale des époux du ciel, fortifions-nous dans la grâce et la fidélité. Nous sommes tous unis au Christ dans la vie trinitaire par une circulation d’Amour : ”Que le Christ habite en vos cœurs par la foi et que vous soyez enracinés, fondés dans l’Amour ”(Eph 3, 14-20).
Levons-nous et dans un face à face avec notre Dieu, proclamons notre foi, ouvrons nous pour recevoir l’Esprit afin que la bénédiction du Père nous touche.
Merci, mon Dieu pour cette espérance, que nous puissions te recevoir chez nous et que nous soyons dignes de te porter.

Prière finale : Louis et Zélie Martin, consacrés dans le sein de la famille de Nazareth, apprenez-nous le désir de la consécration. Amen.
Par chacun de vos enfants, à la fin de cette neuvaine, nous vous demandons Monsieur et Madame Martin, la consécration de notre être, de notre famille et du monde. Amen.
Par sainte Thérèse, petite reine, Louis Martin, roi de famille, enseignez-nous la liturgie des familles où nous sommes appelés, prêtre, prophète et roi. Amen.

Prières quotidiennes :
– Notre Père
– Dieu Notre Père, je Te rends grâce pour Louis et Zélie Martin,…
– Ave Maria

Prière de l’enfant d’un saint
Rappelle-toi qu’autrefois sur la terre
Ton seul bonheur était de nous chérir
De tes enfants exauce la prière
Protège-nous, daigne encor nous bénir
Tu retrouves là-Haut notre Mère chérie
Qui t’avait précédé dans la Sainte Patrie.
Maintenant dans les Cieux
Vous régnez tous les deux
Veillez sur nous !…..
(Sainte Thérèse de Lisieux)

Source : Le Chemin de Marie

La Bonne Nouvelle – 8, rue Roger Lévy – 47180 Sainte Bazeille (France)
Tél : 05.53.20.99.86

Site : www.labonnenouvelle.fr